Mes vers fuiraient, doux et frêles - Les contemplations- Livre II -

Année de parution : 1856
Catégorie : Poésie

Mes vers fuiraient, doux et frêles,
Vers votre jardin si beau,
Si mes vers avaient des ailes,
Des ailes comme l'oiseau.

Il voleraient, étincelles,
Vers votre foyer qui rit,
Si mes vers avaient des ailes,
Des ailes comme l'esprit.

Près de vous, purs et fidèles,
Ils accourraient nuit et jour,
Si mes vers avaient des ailes,
Des ailes comme l'amour.

Vos commentaires :


Commentaire de : Girl
Le 21 Avril 2013

J'ai trouvé ce poème formidable.

Commentaire de : Stephanie
Le 25 Octobre 2011

Je trouve cette poésie jolie et facile a apprendre

Commentaire de : Olivia
Le 23 Mars 2011

Je trouve que cette poésie est magnifique mais difficile à apprendre.

Commentaire de : Lena
Le 13 Mars 2010

Cette poésie est géniale.

Commentaire de : Nikolic
Le 14 Février 2010

J'aime beaucoup cette poésie. C'est la plus belle poésie !

Commentaire de : Josette
Le 22 Janvier 2010

j'ai appris ce poème j'avais 11 ans il a ensuite été sublimé avec la musique de Renaldo Hahn et à mon grand âge j'en savoure encore toute la délicatesse et la poésie.

Merci M.Victot Hugo de nous avoir donné tant de beauté

Commentaire de : Laila
Le 09 Novembre 2009

Qu'elle poésie jolie en plus. C'est à l'école à Toulouse je l'ai apprise !!

Commentaire de : Arachnimodo
Le 20 Mars 2008

Claudine m'a lu ce poème, aujourd'hui premier jour du printemps ; hier, elle avait constaté que les hirondelles étaient revenues.

J'aurais aimé que vous entendiez cette lecture aussi délicate que ce très joli message.

Commentaire de : Chris
Le 19 Février 2006

Given as French homework to mature students. Unexpectedly beautiful, words which have survived for so long and still remain so lovely.

Traduction : Donné comme devoir à des étudiants. C'est beau de manière inattendue, avec des mots qui ont survécu pendant si longtemps et qui malgré cela restent si jolis.


Biographie de Victor Hugo

Ses parents divorceront à la suite de l'arrestation chez sa mère du général Laborie, conspirateur et amant de celle-ci.
En 1815 il compose ses premiers poèmes. en 1817 il obtient une mention de L'Acadamie française, achève un opéra et une tragédie. En 1822 il épouse Adèle Foucher.


... (suite)